Télécharger le texte :
PDF

Barbara T. Cooper

Introduction et accès au texte

Article
Texte intégral

Image1

Décor de Charles Séchan pour Bertrand et Raton, de Scribe (1833), réemployé dans Richard Savage, acte II. Source : Bibliothèque de la Comédie-Française, Rés.MAQ.0052 - ©P. Lorette, coll. Comédie-Française.

Présentation de la pièce

1[...] il n’y a que le journal qui trouve tout de suite ces vigoureux accents d’une indignation empruntée à l’âme des peuples ; il frappe plus fort et plus vite que l’histoire, s’il ne frappe pas plus juste ; il résume toutes les passions du moment, l’enthousiasme de la foule et ses colères ; [...] il est comme l’écho vivant et fasciné de toutes les grandeurs et de toutes les bassesses de l’histoire ; et lorsque toutes ces passions sont mortes, lorsque [...] chacun est remis à sa place, le vaincu et le vainqueur, le bourreau et la victime, où donc voulez-vous que l’histoire aille les retrouver toutes ces passions éteintes, sinon dans les cendres qu’elles ont laissées après elles ? or, la cendre de l’histoire, c’est le journal1.

2Comme Olivier Bara et Jean-Claude Yon l’ont déjà indiqué ailleurs, le théâtre de la monarchie de Juillet trace parfois le portrait des journalistes et témoigne du rôle du journal dans la vie culturelle et politique de l’époque. « Aussi », disent-ils, « étudier les rapports du théâtre et de la presse au XIXesiècle revient-il presque à postuler l’existence d’une “ civilisation du théâtre ” à côté de la “ civilisation du journal ”, l’une et l’autre ne cessant de se copier, de se poser en rivales ou en complices et de faire assaut d’inventivité quand elles ne partagent pas les mêmes recettes éculées2 ». Cette observation, appuyée sur les pièces faisant partie de la présente anthologie, entre autres, est parfaitement juste et justifiée3. Mais même dans ce contexte historico-littéraire précis, on peut se demander quel serait l’intérêt d’étudier Richard Savage, drame en cinq actes de Charles Desnoyer et Eugène Labat créé au Théâtre-Français le 11 octobre 1838. La pièce n’a connu que quatre représentations avant de disparaître de l’affiche et ne pouvait donc ni avoir une grande influence sur la vie théâtrale en France ni infléchir durablement la représentation du journaliste sur scène. Elle a néanmoins suscité plus d’une vingtaine de comptes rendus parus dans des journaux et revues de tous bords et a mis en scène un vrai journaliste, Richard Steele, un des pères de la presse périodique en Angleterre. Certes, Steele est un personnage secondaire – c’est le poète Richard Savage qui est le protagoniste principal du drame –, mais Steele est la force dynamique de l’action. Il propulse Savage sur le devant de la scène, anime les passions et ameute la foule. Dans le texte mis en exergue ci-dessus, Jules Janin décrit les journalistes en général « [...] comme l’écho vivant et fasciné de toutes les grandeurs et de toutes les bassesses de l’histoire4 ». Cette image, qui pourrait tout aussi bien définir certaines pièces à sujet historique, colle parfaitement au rôle de Steele dans le drame de Desnoyer et Labat et expliquerait l’importance de cette œuvre depuis longtemps oubliée dans les archives de la Comédie-Française5. Mais avant d’entrer plus loin dans l’étude de la pièce, il conviendrait de cerner le contexte dans lequel elle fut composée.

La conjoncture littéraire et médiatique

3Richard Savage se rattache à une série de textes dramatiques et narratifs contemporains dont un poète pauvre et malheureux est le héros. Il y a, par exemple, l’histoire d’Escousse et Lebras, ou Le Double Suicide (1832) où Théodore Villeneuve raconte la mort tragique de deux jeunes auteurs dramatiques français6. Cette même année, Alfred de Vigny publie Stello, ou Les Diables bleus dans la Revue des Deux Mondes, puis en volume7. Deux ans après, il tirera de ce livre Chatterton, un drame en trois actes (Théâtre-Français, 12 février 1835)8 qui met en scène les souffrances et le suicide du poète anglais Thomas Chatterton. Les journalistes jouent déjà un rôle critique dans cette pièce, dénonçant Chatterton comme faussaire dans leurs articles. Humilié et ne trouvant plus l’inspiration qu’il lui faut pour continuer à écrire, il recourt au suicide pour solder ses dettes avec la seule ressource qui lui reste – son corps. La pièce de Vigny connaît un énorme succès qui fera de l’ombre à Richard Savage9, pourtant reçu à l’unanimité par le comité de lecture de la Comédie-Française10. Il y a, aussi – et c’est un autre élément dont les critiques dramatiques vont s’emparer dans leurs analyses de Richard Savage –, Une couronne d’épines, roman de Michel Masson publié en 1836, qui raconte à sa manière la vie de Richard Savage11. On reviendra sur la question de la réception de la pièce de Desnoyer et Labat plus loin. Ce qu’il importe de constater ici, c’est que le sujet choisi par les auteurs de Richard Savage était bien dans l’air du temps12.

4L’importance accordée à la presse dans leur drame était aussi d’actualité. La loi du 9 septembre 1835relative aux crimes, délits et contraventions de la presse et autres moyens de publication fut publiée dans le Moniteur universel le lendemain de sa promulgation et montre à quel point le gouvernement craignait et voudrait contrôler cette nouvelle puissance dans l’état13. Le Figaro, entre autres, répondra aussitôt à ce qu’il voit comme une injustice et une provocation :

Pour les hommes du pouvoir la presse est possédée d’une espèce de manie furieuse qui la pousse dans les voies d’une hostilité systématique contre le gouvernement. Nous aurons, nous, au contraire, à demander par quelle étrange prédilection la presse est frappée des impôts les plus onéreux, pourquoi elle est l’objet de vexations d’élite et d’une recherche de sévices que nous aurons à énumérer.

[...]

La société, que le gouvernement a la mission de représenter, ne doit pas, dit-on, rester désarmée contre les excès de la presse. Pour que les torts ne soient point du côté de la société elle-même, il faut qu’elle se borne à demander des garanties, rien que des garanties ; si elle exige plus, c’est elle qui déclare la guerre, c’est elle qui opprime, et la presse ne fait qu’user d’un droit de défense légitime.

[...]

Dans l’état actuel des choses, c’est donc le gouvernement qui est hostile à la presse, et qui est possédé contre elle d’une manie furieuse, poussée au dernier degré. Le pouvoir se plaignant des journaux ressemble au toréador qui, blessé par le taureau, après l’avoir poussé à bout dans l’arène, se débat contre lui en l’injuriant.

Tout le tort, nous le répétons, est du côté des hommes qui ont gouverné la France depuis 1830, tous ont méconnu la presse, ce levier puissant, cette force morale indomp-table, qu’on ne peut pas plus comprimer que celle de la vapeur, et qui brise comme elle tout ce qui tend à l’emprisonner14.

5La multiplication des journaux et, à partir de 1836, la réduction de leur prix, ouvre la presse périodique à un plus vaste public, ce qui ne fait rien pour atténuer les inquiétudes conçues en haut lieu. Bien au contraire, la présence du journalisme et des journalistes sur la place publique, comme dans la littérature, ne fait qu’augmenter lesémois dans les milieux officiels15. Par là, aussi, les personnages de Richard Savage, quoique revêtus d’habits historiques16, s’inscrivent parfaitement dans les préoccupations de l’époque.

Richard Savage, pièce historique à sujet « moderne »

6Alors que, dans son essai sur « Le Journaliste » déjà cité, Jules Janin remonte jusqu’à l’Antiquité pour trouver le premier journaliste de l’histoire, le journalisme moderne ne daterait, à notre sens, que du XVIIe ou XVIIIe siècle en France comme en Angleterre17. Janin lui-même reconnaît d’ailleurs l’évolution constante de cette profession par rapport à l’histoire et au système politique au sein duquel elle est exercée. Aussi, en France, les révolutions de 1789 et 1830, comme les divers changements de régime et attentats survenus entre 1800 et 1840, n’ont-ils pas manqué de modifier le paysage journalistique tout autant que des développements technologiques. En Angleterre, l’influence de la presse sur la vie politique et culturelle débute avec, entre autres, The Tatler (le Babillard en français) et The Spectator (le Spectateur) au XVIIIe siècle. Addison et Steele sont les fondateurs et les rédacteurs de ces journaux18. Des changements de dynastie et d’autres remous politiques de l’époque feront de ces deux journalistes, et de certains de leurs confrères, des personnalités particulièrement influentes dans le domaine de la politique et de la culture tout comme leurs homologues français le seront sous la monarchie de Juillet. Desnoyer et Labat ont sans doute compris cette analogie de circonstances et n’ont pas hésité à s’écarter de la réalité historique et de la vérité biographique pour rendre leur représentation du rôle de Steele dans la vie anglaise du XVIIIe siècle plus frappante et plus dramatique19. Montrer un journaliste, et avec lui, le peuple (ou les classes populaires et bourgeoises, si l’on préfère) à même d’influencer l’évolution des événements socioculturels et politiques, c’est suggérer la perte du pouvoir chez les nobles et à la cour, ou tout au moins une nouvelle répartition du pouvoir20. Le roi d’Angleterre n’est certes pas devenu le roi des Anglais pour autant, comme Louis-Philippe sera le roi des Français plus tard, mais, suggèrent les dramaturges, lui et ses ministres doivent compter avec le Parlement et la presse pour gouverner.

Les auteurs et l’intrigue de Richard Savage

7La seule information biographique un peu développée que l’on possède sur Eugène Labat (1797-1867) se trouve dans un volume qui lui est dédié, Le Procès des Dantonistes, d’un certain Dr Robinet. Robinet y affirme que Labat « fut porté par la révolution de juillet 1830 à la place d’archiviste de la préfecture de police, [place] qu’il occupa jusqu’à sa mort, arrivée le 25 octobre 186721 ». Sa carrière littéraire n’y est évoquée qu’en passant. Cependant, l’on sait que Labat est l’auteur d’un poème intitulé « Lafayette aux États-Unis » dont on trouve des extraits dans un article publié dans LeGlobe du 17 janvier 182622. Ce texte, couronné par un prix, paraît en volume à Paris, chez Baudouin frères, la même année, mais le nom de Labat ne semble pas refaire surface dans le monde littéraire jusqu’à l’époque de sa collaboration avec Desnoyer à Richard Savage. Labat écrira aussi, en société avec Desnoyer, La Vie d’un comédien, pièce jouée à l’Odéon le 23 décembre 1841, et sera un des contributeurs au Musée des familles ou Lectures du soir dans les années 1840. En 1858, il écrira avec Louis Ulbach le livret de Don Almanzor, un opéra-bouffe en un acte créé au Théâtre-Lyrique.

8À l’encontre de Labat, Charles Desnoyer (1806-1858) est un auteur dramatique fort bien connu à l’époque où il rédige Richard Savage. Auguste Lireux, critique dramatique à la Revue et gazette des theatres, résume la carrière de Desnoyer ainsi :

Il y a au boulevard un homme extraordinaire qui, depuis la Porte-Saint-Martin jusqu’à la Gaîté, s’est fait une colossale réputation. Cet homme est le potentat qui règne sur les théâtres de troisième ordre. Comédie, vaudeville, mélodrame, mimodrame, tout lui est bon ; il exploite tous les genres, il a mis en coupe réglée toutes les scènes du quartier, il est de tous leurs répertoires, et de toutes leurs affiches. D’abord il jouait lui-même ses pièces, mais il en est arrivé à faire tant de pièces qu’il lui a fallu renoncer à l’un de ses deux états, et se contenter de se faire jouer par d’autres. Aujourd’hui, cet homme, cet écrivain, a une position brillante. Il est devenu, dans sa spécialité, ce que Scribe est dans la sienne. Le monopole des collaborations lui est échu. Ses directeurs l’ont pris à l’année, ou au mois, ou à prime. On lui a adressé tous les petits débutants, tous les manuscrits ; on l’a proposé aux répertoires ; bon gré malgré [sic], il a pendant plusieurs années appliqué son estampille sur toutes les pièces de trois ou quatre endroits dramatiques. Aujourd’hui, quand un jeune homme aux cheveux longs arrive de sa province avec un habit râpé et des rêves d’ambition, il prend tout d’abord le chemin du sanctuaire où fonctionne ce chef d’école ; il frappe dévotement à la porte, il s’avance d’un air modeste, et tirant de sa poche son cher manuscrit, l’offre en tremblant au protecteur dont le nom révéré ouvre, à deux battants, les portes de l’Ambigu, qui pour tant de jeunes provinciaux à l’imagination exaltée, semblent être les portes du temple de Mémoire. Cet homme, cet écrivain, ce demi-dieu, c’est M. Desnoyer, l’auteur de Richard Savage23.

9Les choses se seraient-elles passées ainsi dans le cas de Richard Savage ? Est-ce Labat qui a trouvé le sujet de cette œuvre et Desnoyer qui l’a transformé en pièce jouable ? On a certes du mal à imaginer Desnoyer allant dénicher son collaborateur (déjà quadragénaire) au fond des archives de la préfecture de police24, mais avant de chercher à démêler cette question, il serait utile de résumer l’action de la pièce. Puisque l’intrigue du drame est complexe, on laissera la parole au critique dramatique du journal La Mode.

[...L]e héros est un de ces esprits méconnus qui n’ont ni père, ni mère, ni crédit, mais un grand fond de génie et d’orgueil. Une des grandes dames de la cour du roi Georges IV [sic] a mis au monde cet homme de génie et elle l’a exposé dans les bras d’une dame Nancy, la veuve d’un ancien militaire de la grande armée anglaise. Débarrassée de son enfant, cette dame s’est mariée avec le gouverneur de la tour de Londres. Depuis vingt ans l’enfant a grandi, il est devenu savant d’abord, puis homme de lettres. Un jour qu’il vendait des souliers, il voit entrer dans la boutique de son maître Richard Steele, une de ces plumes courageuses, acérées de chaque jour, que la constitution anglaise a taillées bien avant que nous autres nous n’eussions aiguisé le canif, ou pour mieux dire le scalpel avec lequel ces plumes-là se taillent d’ordinaire. [...] Cependant le lord gouverneur [...], donne ce même soir une fête dans laquelle Richard doit lire sa première tragédie. La tragédie est portée aux nues. Chacun pleure à ses beaux vers, la mère de Richard elle-même est si émue, que son fils se sent le courage de se jeter aux pieds de cette dame en lui disant : Ma mère ! je suis ton fils ! L’apostrophe est touchante, mais elle déplaît fort à la dame [...]. Aussi, sans prendre la peine de réfléchir, la bonne dame appelle les laquais, et devant monsieur son mari, le gouverneur, elle fait jeter à la porte monsieur son fils, en disant que ce monsieur est fou. [...].

Richard, déchu de sa mère la grande dame, retourne chez sa petite maman Nancy [...]. Nancy, en voyant Richard revenir comme il s’en est allé, un malheureux bâtard, retrouve pour lui des entrailles de mère. Elle est en train d’embrasser son nourrisson de plus belle [...] quand le lord-gouverneur, suivi de recors ad hoc, arrive dans la chaumière de Nancy pour enlever Richard Savage, qu’il s’agit de jeter tout simplement à Bedlam, l’hôpital des fous. À Bedlam ! à ce mot affreux, Richard prend l’épée du mari de Nancy et il se précipite sur le lord-gouverneur pour arrestation arbitraire quand tout à coup survient l’autre Richard, Richard Steele [...]. Après quoi les deux Richard s’en vont [...], et ce n’est que lorsqu’ils sont bien loin dans la rue, que le gouverneur, se ravisant, court en toute hâte après les deux drôles et les veut arrêter. Que fait alors Richard Savage, il tueM. le gouverneur [...]. Les deux Richard sont arrêtés et jetés dans un sombre cachot.

Bien plus, les deux Richard sont condamnés à mort. À toute force nous comprendrons la condamnation de Richard Savage, il a tué le gouverneur, mais Richard Steele, condamné à mort, et pourquoi ? [...]. Il a écrit, dit-on, un petit article incendiaire, mais on ne pend pas un homme pour si peu. [...] De leur côté, les deux Richard font tout ce qui est en leur pouvoir de faire pour être pendus. [...] En vain le roi [...] envoie un lord-instructeur pour faire en sorte que les condamnés s’expliquent. Ni Richard, ni Steele ne veulent dire le plus petit mot pour leur défense [...]. Mais, ô surprise ! ô bonheur ! le nouveau lord est justement le père de Richard Savage [...]. Mais tout s’arrange, la mère de Richard Savage envoie Nancy annoncer au jeune écrivain qu’elle le reconnaît pour son fils : Savage est sauvé, Steele est sauvé, le père est heureux, Nancy est heureuse, tout le monde est content [...]25.

10On reconnaît, grâce à ce résumé, l’imbrication de deux intrigues – l’une privée (celle de Richard Savage et sa mère) et l’autre publique (celle du monde politique) – dans cette pièce ainsi que la présence d’éléments typiques du mélodrame26. L’aspect mélodramatique de l’œuvre constitue, pour de nombreux critiques, une anomalie impardonnable sur la scène du Théâtre-Français27. Mais ce sommaire souligne aussi l’influence, l’autorité dont jouit Steele dans cette œuvre – personnage qu’il importe d’examiner plus en détail.

Le rôle du journaliste dans Richard Savage

11Si le personnage principal de Richard Savage est bien le poète éponyme – bâtard que sa mère aristocratique et ambitieuse refuse d’avouer comme sien et auteur dont les écrits, inscrits sur des factures et registres du cordonnier Digg, sont déclarés sans valeur par celui-ci –, le véritable « héros » de la pièce ne serait-il pas Steele, journaliste qui conteste ce double déni d’existence ? Certes, l’exposition de l’action, qui comprend le premier acte (parfois nommé le prologue) et une bonne partie de l’acte suivant (désigné acte II), permet de comprendre le passé du poète – ses origines volontairement occultées par Lady Macclesfield, sa mère ; son enfance et sa jeunesse passées chez Nancy Gore, sa nourrice et mère adoptive – et de découvrir sa vie présente où, faute d’argent, il est entré comme apprenti chez un maître cordonnier et se montre inapte au travail pratique28. C’est à l’acte II aussi que le cordonnier refuse de donner la main de sa fille à Savage puisqu’il n’a pas de nom, pas de famille pour le légitimer aux yeux de la société. Toute en paroles, cette longue entrée en matière semblerait vouer le jeune auteur (vivant dans sa tête plutôt que dans le monde « réel ») au désespoir, à la marginalisation socio-économique et à la solitude.

12L’arrivée inopinée de Steele dans la boutique du cordonnier, deus ex machina qui vient chercher ses chaussures, met enfin en marche l’action de la pièce. Steele se charge de faire jouer la tragédie de son ancien camarade d’école et de l’aider à élucider le mystère de sa naissance. Ses efforts pour donner une identité à Savage porteront donc sur deux fronts – celui de la reconnaissance artistique et celui de l’insertion sociale. Dans les deux cas, Steele va se servir des moyens que lui donne sa profession de journaliste ou, comme l’on disait encore au XVIIIe siècle, de publiciste – celui qui publie, qui rend public pour attirer l’attention sur quelque chose. Il portera la pièce de Savage au théâtre de Drury-Lane où il va insister pour que les comédiens et le directeur de la salle la mettent à l’affiche. Sans doute ne saurait-on rien refuser à celui dont les articles font et défont les carrières et attirent la foule, assurant la recette29. Il va aussi introduire Savage dans la haute société où, selon les rumeurs qui circulent et dont il a eu connaissance, il pense non seulement faire apprécier l’œuvre de son ami, mais aussi le faire distinguer et reconnaître par sa mère.

13Toute la scène v de l’acte II, consacrée aux retrouvailles de Savage et Steele, porte sur la profession de ce dernier et mérite de retenir l’attention. Il convient donc d’en citer un long extrait.

RICHARD SAVAGE.

Ta profession ? et quelle est-elle donc ? Plus sage et plus heureux que moi, je le vois à cette riche toilette, tu as renoncé sans doute...

RICHARD STEELE.

À la poésie... à peu près ; mais non pas tout à fait à la littérature... J’en ai choisi une qui n’est pas plus facile qu’une autre, mais qui s’accorde mieux avec mon goût pour la satire, mon amour de la médisance, et puis un peu aussi avec la légèreté, l’inconstance de mon caractère. Je n’ai jamais pu, tu le sais, m’occuper d’un travail suivi ; la besogne à peine commencée, je l’abandonnais pour en entreprendre une nouvelle ; les pensées joyeuses et tristes, sévères et bouffonnes, se succédaient sans relâche, s’entrechoquaient dans ma tête... pas moyen de former avec cela un ensemble, une œuvre complète... alors, je résolus de les jeter, ces pensées qui m’obsédaient, à droite et à gauche, au hasard, sans les ranger, sans chercher à les mettre en ordre. Cela m’a réussi. Ce désordre même a été ma plus grande chance de succès : il a répandu de la variété, du piquant, de l’original, dans les lignes que j’ai écrites. Elles sont innombrables, mon ami ; en les réunissant, on aurait assez de volumes pour fournir toute une bibliothèque... J’ai rempli de mes fantaisies, de mes rêves, de mes critiques presque toutes les feuilles de Londres ; j’en ai rempli sept ou huit romans et une centaine de proverbes ; j’ai fait la fortune de trois ou quatre libraires, et la mienne par-dessus le marché30. Voilà ce que c’est, mon ami, d’avoir apprécié mon siècle et moi-même, et de n’avoir pas été comme toi, poète, mais jour-naliste.

RICHARD SAVAGE.

Journaliste ! ah ! oui, je me le rappelle, lorsque je n’étais pas enseveli dans cette maudite maison, j’ai lu dansleSpectateurquelques-uns de tes articles.

[...]

RICHARD STEELE.

Ainsi va le monde : à chacun sa part de censure, et tant mieux pour moi si la mienne fait plus d’effet qu’une autre. Voyez donc le grand malheur, en littérature et en politique, de froisser quelques amours-propres ! Savez-vous ce qu’il en résulte après tout ?

DANIEL PAGE.

Qu’on s’observe et qu’on se hait.

RICHARD STEELE.

Du tout, qu’on se retient et qu’on devient meilleur... Allez, maître Daniel Page, je me suis dit avant vous tout ce qu’on peut dire sur les inconvénients, les dangers, les écarts du journalisme. Parfois je me suis blâmé moi-même, et j’ai voulu briser ma plume... grâce au ciel, j’ai tenu bon, et je m’en applaudis... avec cette plume, je ferai plus de bien que je n’ai jamais dit de mal ; avec cette plume, j’arracherai un ami à l’obscurité, à la misère ; et, si j’ai attaqué trop légèrement peut-être une infinité d’hommes nuls ou médiocres, je protégerai, j’élèverai, je ferai connaître à Londres un homme de génie.

RICHARD SAVAGE.

Que dis-tu ? un homme de génie !... Ah ! parfois, ami, je te l’avoue, je suis tenté de le croire... mais c’est aux autres qu’il faudrait le persuader.

RICHARD STEELE.

Cela me regarde... mes lecteurs ont l’habitude de croire sur parole tout ce que je leur dis... je me rappelle tes ébauches de collège, et je suis sûr qu’à présent... (Apercevant et indiquant du geste le manuscrit.) [...]

[...]

RICHARD STEELE, qui a parcouru quelques feuilles.

Superbe ! admirable ! mon cher ami... c’est décidé, je me charge, je réponds de toi... j’emporte ton manuscrit, et je fais jouer la pièce.

RICHARD SAVAGE.

Ah ! s’il était possible !

RICHARDSTEELE.

Elle sera jouée, te dis-je ; et je voudrais bien voir que le public se permit de la trouver mauvaise !

DANIEL PAGE.

Il serait capable de prouver dans son journal que le public n’a pas le sens commun.

RICHARDSTEELE.

Pourquoi pas ? en lui disant cela d’une certaine manière, je suis sûr qu’il serait encore de mon avis. Avec de l’esprit, on lui dit tout ce qu’on veut, au public... Ensuite je te présente à tous mes amis, Pope, Johnson, Richardson, Fielding, Addison, etc... tu es digne de figurer parmi eux, mon cherSavage...Alors ton talent grandit, ta verve s’échauffe, ton imagination s’étend, se féconde, se fortifie, et tu deviens,Richard,un des hommes célèbres de notre époque... Adieu, mon ami, adieu, tu auras bientôt de mes nouvelles... [...]31 (II. v).

14Comportant une description animée et enthousiaste de la profession journalistique et composée de répliques pleines de verve, de générosité et de confiance (teintées tout de même d’une certaine ironie), cette scène souligne non seulement la personnalité et l’énergie de Steele, mais insiste aussi sur l’influence de la presse. Qui plus est, elle met en branle l’action de la pièce. Une autre série d’échanges sur le journalisme aura lieu à l’acte III, chez le marquis et la marquise de Lushington (appelée lady Macclesfield au prologue). Cette fois-ci, la conversation portera sur le rôle de la presse dans le domaine politique et social plutôt que dans le milieu artistique. Il y sera question du maintien de Lushington dans son poste de gouverneur de la Tour de Londres et de la capacité de la presse à diriger l’opinion publique32. En même temps, il s’agira de la reconnaissance de Savage comme le fils de lady Lushington. Aussi la didascalie initiale de cet acte montre-t-il Lushington en train de lire un journal. Puis, on l’entend rapporter à sa femme le fond d’un article écrit par Steele sur la vie politique. Plus tard, Daniel Page, ancien journaliste devenu attorney (c’est-à-dire procureur) et lié au gouvernement en place, signalera à Lushington la présence sous ses fenêtres du peuple arrivé en foule. Or, dit-il, Steele serait fort capable d’ameuter cette foule, de la monter contre Lushington33. La suite de la pièce donnera raison à Page.

15Pour sa part, et sans comprendre le danger potentiel de sa démarche, Lady Lushington voudrait qu’on parle dans la presse de sa soirée :

LADY LUSIHNGTON.

Notre soirée peut-être va donner de l’occupation aux feuilles de Londres ; car on en parlera : n’est-ce pas, sirRichard Steele, qu’on en parlera ?

RICHARD STEELE.

Oui, milady, on en parlera. C’est même une affaire faite.

DANIEL PAGE.

Comment, avant l’événement ?

RICHARD STEELE.

Vous savez, mon ancien collaborateur, que nos articles sont presque toujours faits d’avance. Il est des situations qui ne peuvent se dénouer que de deux manières,et ces deux dénouements, il ne faut pas grande habileté pour les prévoir. Donc, le matin même qui précède l’événement, nous préparons deux articles... le premier, un éloge, une apologie... le second, tout le contraire... Ici, par exemple, je suppose, comme je l’espère, que tout aille pour le mieux : alors vient le premier article, le compte-rendu favorable. (Lisant.) « Hier, milady Lushington a donné une brillante soirée ; tout ce que Londres possède d’hommes éminents dans tous les genreset de jolies femmes de haute distinction s’y était donné rendez-vous, etc. »

LORD LUSHINGTON.

Et le second article, sirRichard ?

RICHARD STEELE.

Le second, milord !... pour celui-là, il faudrait prévoir des choses qui n’arriveront pas sans doute,et cette fois, j’en suis sûr, il n’y aura pas de second article (III.iii)34.

16Malheureusement pour elle, en refusant de reconnaître Savage pour son fils, lady Lushington pousse Steele à remplacer l’article élogieux prévu par un autre texte qui porte un jugement critique sur cette dame et ses invités. Là où l’attaque contre le mari le pointait dans son rôle politique, celle visant la femme touche à la place qu’elle occupe dans la vie sociale35. Dans les deux cas, le but du censeur journalistique est de dénoncer ceux qui condamnent à l’exclusion ou à l’exil les gens possédés d’un vrai mérite. Mais dans quelle mesure ce thème est-il déjà présent dans les sources ostensibles de la pièce ?

La genèse de Richard Savage

17La vie de Richard Savage était déjà bien connue en France à l’époque où la pièce de Desnoyer et Labat fut composée. Le premier biographe de ce poète fut son ami, Samuel Johnson, dont l’œuvre, An Account of the Life of Mr Richard Savage, publiée à Londres en 1744, est traduite en français par Pierre Le Tourneur dès 1771 sous le titre Histoires de Richard Savage et de J. Thompson36. La Presse résumera le texte de Johnson dans son numéro du 12 octobre 1838, c’est-à-dire au lendemain de la création du drame de Desnoyer et Labat, sous la rubrique « Variétés37 ». Ce sommaire du texte anglais permettra à Granier de Cassagnac d’écrire dans son compte rendu du 14 octobre, « Les lecteurs de la Presse savent d’ailleurs tout au long de quoi il s’agit, et nous leur demandons la permission de passer outre38 ». Cependant, dans la biographie de Johnson, comme dans l’article paru dans La Presse, le rôle de Steele est fort limité. On n’y trouve rien au sujet de la part que le journaliste aurait joué à faire monter la tragédie de Savage, Sir ThomasOverbury (d’autres en étaient responsables) ; rien non plus sur l’amitié entre les deux hommes qui daterait de l’école, ni sur leur présence dans la même prison au même moment39. Tout cela semble donc être de l’invention de Desnoyer et Labat quand ce ne serait pas un souvenir (pour ce qui est de l’amitié déjà ancienne) de Chatterton40. On aurait pu découvrir un autre résumé de la vie de Savage et de Steele dans La Biographie universelle ancienne et moderne, publiée à Paris chez L. G. Michaud. Dans l’édition de 1825, par exemple, l’article sur Savage se trouve au tome 40 et celui sur Steele au tome 4341. Tous deux ont été rédigés par D-z-s, c’est-à-dire, Dezos de la Roquette qui suit d’assez près la biographie de Savage écrite par Johnson. Une couronne d’épines, roman de Michel Masson publié en 1836, fait aussi connaître la vie de Savage au public français42. Cette version de l’histoire est très romancée et Richard Steele n’y figure pas du tout. D’autres différences importantes démarquent la pièce de Desnoyer et Labat de ce livre. La plupart des critiques dramatiques n’hésiteront pourtant pas à dire que ce roman est la source de la pièce et reprocheront aux dramaturges de ne faire que découper leur drame dans le roman de Masson43. Seul le chroniqueur du Corsaire refuse d’étayer cette hypothèse :

Que la pièce qui nous occupe soit issue du roman de M. Michel Masson, c’est ce que nous n’affirmerions pas avec certitude, et sur les vagues impressions restées dans notre mémoire. Dans tous les cas, nous ne saurions dire où les auteurs ont pris l’idée du rôle qu’ils font jouer à Richard Steele, collaborateur d’Addison. Il est impossible que Richard Steele ait été, comme on voudrait le faire admettre, un condisciple de Richard Savage. Richard Steele, né vers le milieu du dix-septième siècle, ne se livra à des travaux littéraires et n’écrivit le Tatler (le babillard), que dans un âge déjà mûr, et il mourut en 1728 quand Richard Savage n’avait que trente ans. Il n’a donc pu y avoir entre les deux Richards aucun rapport de confraternité et de dissipation que suppose la pièce de MM. Desnoyers et Labat, et la biographie assez suspecte de Samuel Johnson ne peut en cela infirmer les irrécusables témoignages qui résultent de l’état civil des individus44.

18L’étude des manuscrits de la pièce conservés dans les archives de la Bibliothèque-musée de la Comédie-Française (Ms 728 et Ms 729) ne permet pas de déterminer la vérité sur l’influence des sources sur l’œuvre de Desnoyer et Lafont.

La mise en scène de Richard Savage

19Comme cela arrivait souvent à la Comédie-Française, la mise en scène de Richard Savage est faite avec des éléments, parfois modifiés, de décors employés dans d’autres pièces45. Ainsi, le salon de lady Macclesfield au prologue de Richard Savage avait déjà servi dans L’Ambitieux, de Scribe (1834), et la décoration figurant la boutique du cordonnier Digg de l’acte II a d’abord été faite pour une autre pièce de Scribe, Bertrand et Raton (1833)46. Les décors des actes III et IV sortent aussi du magasin des décorations du Théâtre-Français, tout comme celui de l’acte V, déjà utilisé pour la prison où sont renfermés les enfants du roi Édouard dans la tragédie de Delavigne, Les Enfants d’Édouard (1833). Par contre, de nouveaux costumes, visant à représenter la mode anglaise du XVIIIe siècle, ont été dessinés pour les personnages de la pièce. Il est curieux que la presse parle très peu de la mise en scène de ce drame. Cependant, dans les comptes rendus de l’œuvre, il sera surtout question du sujet et du genre de la pièce et du jeu des acteurs.

20C’est l’acteur Pierre-François Beauvallet qui joue le rôle-titre dans Richard Savage. Il avait commencé sa carrière sur le Boulevard, puis est passé à l’Odéon avant de faire son début à la Comédie-Française en 1830. En 1832, il est nommé sociétaire et en 1835, Victor Hugo l’impose dans le rôle-titre d’Angelo tyran de Padoue. En 1838, Hugo lui confie le rôle de Didier dans Marion de Lorme, joué à la Comédie-Française pour la première fois. Son jeu dans la pièce de Desnoyer et Labat ne rencontre pas beaucoup d’échos bienveillants47. Pour Jules Janin, « Beauvallet, triste, affaissé, mélancolique outre mesure, jouait comme un homme endormi, qu’on vient de réveiller en sursaut48 ». Son confrère au Journal de la littérature et des beaux-arts n’est pas plus flatteur :

Beauvallet a été, lui, d’une étonnante médiocrité. Cet acteur semble plus occupé à faire résonner sa voix caverneuse qu’à y donner les intonations de la vérité et du sentiment ; son jeu manque de grâce, et n’a rien de ce bon goût qui distingue la plupart des artistes de la Comédie-Française49.

21Charles Maurice, fielleux comme à l’habitude, rend l’acteur responsable de l’échec de la pièce, inévitable à ses yeux :

Quant à Beauvallet, il ravale la scène à des façons, à une diction si crapuleuse que c’est honte et pitié de le voir et de l’entendre. [...] L’avilissement de la scène française a touché son dernier terme le jour où pareil acteur a pu y être admis. [...] Beauvallet empêchera Richard Savage de suivre une certaine carrière, comme il a fait pour toutes les pièces dans lesquelles il a établi des rôles. (Historique.)50

22Jean Adolphe Granet, dit Menjaud, interprète le rôle de Richard Steele. Engagé à la Comédie-Française en 1818, il n’est nommé sociétaire qu’en 1825. Pour Jean-Toussaint Merle, écrivant dans la Quotidienne,

c’est surtout Menjaud qui s’est montré un comédien plein de grâce, d’âme et de délicatesse dans le rôle très brillant de Richard Steele ; il est impossible de dire [son rôle] avec plus d’esprit et de finesse ; à la vérité, ce rôle est charmant, surtout dans les deux premiers actes51.

23Le chroniqueur qui signe le feuilleton de La France des initiales E. F. a une opinion tout aussi favorable : « De la verve, une belle tenue, et beaucoup d’amabilité, voilà Richard Steele représenté par Menjaud52 ». Desmousseaux, qui joue le petit rôle de Lord Rivers, est diversement apprécié. Quant à l’acteur qui joue lord Lushington, Théodore Vauclare, écrivant dans Le Monde dramatique, se demande, « mais qu’est-ce que M. Charles qu’on a chargé d’un rôle assez important, si ce n’est un acteur qui suffirait à lui seul pour assommer le public et tuer la pièce la meilleure53 ».

24Plusieurs critiques s’étonnent du fait qu’Alexandrine Noblet ait été choisie pour incarner Nancy Gore, personnage aux cheveux gris à partir de l’acte II54, et plaignent Mlle Mante (Louise Delphine Escoffié de son vrai nom) de devoir jouer une femme aussi odieuse que la marquise de Lushington/Anna de Macclesfield55. Pour bon nombre de commentateurs, si les auteurs ont écrit une mauvaise pièce, le mauvais jeu des acteurs a irréparablement compromis son succès56.

La réception de Richard Savage lors de sa création

25Plusieurs éléments ont influencé la réception accordée à Richard Savage lors de sa création à la Comédie-Française. Il y avait tout d’abord le souvenir de Chatterton, de Vigny. Cette pièce, quoique produite en 1835, est restée vivante dans l’esprit des critiques qui n’ont pas manqué de la comparer au drame de Desnoyer et Labat, au désavantage de celui-ci. Il y avait également la publication, en 1836, du roman de Michel Masson, Une Couronne d’épines, version romancée de la vie de Savage. Ce livre semble avoir, comme Chatterton, mais d’une autre manière, ôté toute impression d’originalité à la pièce de 183857. Il y avait aussi le début de Mlle Rachel à la Comédie-Française en 1838. Entre les mois de juin et d’octobre de cette année, elle a joué Camille dans Horace de Corneille, Émilie dans Cinna de Corneille, Hermione dans  Andromaque de Racine et Monime dans Mithridate de Racine. Sa prestation dans ces rôles ramenait une foule enthousiaste au théâtre et annonçait une renaissance d’intérêt pour la tragédie classique. Richard Savage ne pouvait que pâtir à côté de ces chefs-d’œuvre, d’autant plus que les acteurs du nouveau drame ne semblent pas avoir eu à cœur de bien jouer leurs rôles58 et que les critiques voyaient la pièce de Desnoyer et Labat comme un mélodrame, genre qui n’avait pas sa place au premier théâtre de la capitale59. Voici, par exemple, ce qu’écrit un jeune Barbey d’Aurevilly au sujet de la pièce dans le journal Le Nouvelliste (15 octobre 1838) :

Depuis quelque temps, il se joue au Théâtre-Français, sous le nom de comédie ou de drame, une foule de pièces sans invention et sans style, et qui simplifient extrêmement la tâche difficile de la critique en autorisant presque son dédain. De toutes ces pièces, qui ne peuvent rester même quelques jours à la scène [...], la plus mauvaise est sans contredit Richard Savage. [...]

Le choix du sujet dans la pièce nous repoussait nécessairement vers ces créations tombées déjà sous la justice des temps [...], et qui n’a laissé rien de durable et de grand. Richard Savage, cet enfant de l’adultère et de l’abandon [...], poète méconnu comme l’on dit maintenant [...], nous rappelait tout à la fois et cet Antony, et ce Chatterton, auquel des écrivains sans libraire et deux ou trois accents vrais de ce système nerveux qu’on appelle Mme Dorval firent un succès de quelques jours. Richard Savage prêtait à beaucoup de situations semblables à celles des deux drames que nous venons de citer ; il prêtait aux mêmes déclamations, et c’était, dès l’abord, une extrême maladresse ou plutôt la marque d’une grande pauvreté de talent que de choisir un pareil sujet de drame, dans un moment surtout où le public, fatigué de tout ce qu’on lui a fait voir et entendre depuis des années, revient aux nobles inventions du XVIIe siècle et semble marcher à une réaction60.

26Le critique qui signe de l’initiale N. son analyse de la pièce dans la Gazette de France du 17 octobre n’est guère plus flatteur :

Les auteurs de la pièce représentée au Théâtre-Français n’ont touché à ce beau et mélancolique drame écrit dans l’histoire d’Angleterre [il s’agit de la vie de Savage racontée par Johnson] que pour le fausser et le gâter en lui donnant des allures désordonnées d’un mauvais mélodrame, plus digne de tomber sur une des scènes du boulevard, que de paraître dans un lieu où l’on joue Racine, Molière et Corneille. En voulant corriger le Richard de l’histoire [...], ils ont réussi à créer un personnage sans vérité et sans vraisemblance, mauvaise caricature de Chatterton de M. de Vigny, caractère dont les couleurs sont déjà forcées et empreintes d’une certaine exagération61.

27Cependant, à la différence de Barbey, dans la conclusion de son analyse, N. s’intéresse à la représentation du journaliste dont le portrait lui semble toutefois anachronique :

Richard Steel [sic], dont les auteurs ont fait un camarade de collège de Richard Savage, est devenu un journaliste de notre époque, un écrivain qui, du bout de sa plume, fait et défait les ministères. Mais, en exagérant sa puissance et en manquant le portrait du journaliste, qui reste à faire, les auteurs ont ôté au Richard Steel de l’histoire quelque chose de sa piquante originalité62.

28Le chroniqueur anonyme qui examine la pièce dans Le Temps n’approuve pas, non plus, le portrait du journaliste :

Le personnage de Richard Steele est de la plus pauvre facture du monde ; Steele a dans les annales de la presse un titre glorieux : il fut l’ami et le collaborateur d’Addison, et c’est peut-être à lui que nous devons le Spectateur ! [...] MM. Ch. Desnoyers et Labat en ont fait un rieur importun, presque sot, un ami chaud et dévoué, mais un libelliste menaçant et félon ; ils l’ont changé en nourrice. Pour donner ici un échantillon de la manière dont ces messieurs comprennent les mœurs du journalisme, nous citerons un fait de la pièce. Steele déclare à l’altière lady, mère de Savage, que lui et ses camarades rédigent toujours deux articles avant l’événement : l’un est favorable et louangeur, l’autre est défavorable et injurieux ; après l’événement, il n’y a plus qu’à choisir entre les deux articles et ajouter quelques mots à celui qui doit paraître63.

29L’auteur anonyme de l’examen de la pièce publié dans Le Commerce donne aussi son avis sur le personnage de Steele :

Le rôle de Richard Steele, dessiné avec originalité, n’a pas tenu ce qu’il promettait. Le sujet était d’autant plus favorable au développement d’un caractère assez nouveau sur notre théâtre, celui du journaliste, que les mœurs anglaises du temps de Steele offrent beaucoup de ressemblance avec les mœurs françaises de notre époque ; la presse jouait alors à peu près le même rôle qu’aujourd’hui. Jusqu’à présent, le journaliste n’a guère été traité sur la scène que par des auteurs chagrins qui l’ont vu seulement sous son mauvais côté. [...] Ce personnage attend encore un peintre impartial64.

30Jean-Toussaint Merle, quant à lui, adopte une attitude plus favorable envers le personnage de Steele dans son compte rendu dans La Quotidienne :

C’est la première fois que nous voyons mettre en scène un journaliste d’une façon digne et convenable ; ce journaliste est le collaborateur d’Addison et l’un des auteurs du Spectateur et du Babillard (the Tatler), c’est-à-dire des deux journaux qui sont reconnus dans la critique comme des modèles d’esprit, de goût et d’intérêt, et dans lesquels se trouve l’alliance la plus heureuse de l’érudition et de l’atticisme.

Richard Savage, malgré une opposition qui a eu quelquefois raison, a réussi ; nous regrettons de ne pouvoir donner plus d’éloges à un ouvrage où le journalisme est présenté sous un jour si favorable65.

31Jules Janin, qui rappelle le roman de Michel Masson sur Savage au souvenir de ses lecteurs, s’attardera, comme ses confrères, sur le rôle du journaliste dans ses commentaires à propos de la pièce :

Nous disions que Richard Savage, dans la boutique de son maître, supporte impatiem-ment les petites misères de la vie de chaque jour. [...] Un jour cependant, Richard voit entrer dans la boutique où il est si malheureux le jeune et brillant Richard Steele [...]. Ce personnage et ce caractère de Richard Steele sont très bien compris et très bien indiqués. C’est bien là le noble jeune homme heureux et fier de parler à la foule et d’en être écouté. Hier encore il n’était rien, aujourd’hui il est un peu plus que tout. Il est l’arbitre souverain de ce peuple qui le lit et l’écoute. Il lui dicte son esprit, il lui donne sa pensée il lui impose ses préjugés, il le dispose à ses amours, il lui fait partager ses vengeances. Il parle beaucoup plus haut et beaucoup plus loin que ne saurait parler l’avocat au barreau, le prédicateur dans sa chaire, l’orateur à sa tribune. Le peuple, charmé de cette éloquence entraînante et facile, entoure le jeune écrivain de ses applaudissements et de ses murmures flatteurs. Lui cependant il redouble chaque jour d’activité, d’esprit et d’audace. Il poursuit sans s’arrêter la route commencée ; son premier soin a été de prouver à tous qu’il est sans haine, qu’il est loyal même dans sa cruauté, qu’il est juste même dans ses injustices, que son amitié même ne le trompe qu’à demi ; puis ceci prouvé, il devient tout simplement un des pouvoirs de l’État, troisième ou quatrième pouvoir, peu lui importe, mais enfin un pouvoir. [...] Tout ce rôle est charmant, vif, animé, plein d’intérêt, très applaudi ; malheureusement Richard Steele est trop dans l’ombre, il ne paraît pas assez dans ce drame, ce qui fait que le drame manque d’air et de lumière66.

32Enfin, Félix Bonnaire, tout en insistant sur l’originalité du personnage du journaliste, trouve le portrait de Steele aussi mauvais que le reste du drame :

Le bâtard parvenu, la mère privée de son enfant, le grand seigneur ambitieux, sont des inventions dont un certain public [celui du boulevard] ne se lasse jamais. Un seul personnage, disons-le, se distingue par la nouveauté. C’est un journaliste affublé, fort mal à propos, d’un nom historique, Richard Steele. Dans ce personnage, M. Desnoyers a célébré les vertus héroïques et la haute sagesse du journalisme. Richard Steele se dévoue à la mort pour servir les intérêts et la réputation de son ami Richard Savage. Cette apothéose du journalisme n’a pas mieux réussi que les autres inventions de la pièce. Espérons que la Popularité de M. Casimir Delavigne, ou quelque charmante comédie de M. Scribe, fourniront bientôt au Théâtre-Français l’occasion de prendre une éclatante revanche67.

33En demandant que Richard Savage fasse vite place à La Popularité de Delavigne68, déjà en répétitions, Bonnaire fait sonner le glas de l’œuvre de Desnoyer et Labat. La pièce disparaîtra de l’affiche après quatre représentations. Revivra-t-elle ailleurs ou sous d’autres formes, comme cela arrive de nos jours pour certains films qui disparaissent des salles de cinéma au bout d’une semaine pour chercher un meilleur accueil auprès d’un public qui est moins exigeant ou qui a d’autres horizons attente ? Ce qui est certain, c’est que le portrait de Steele présenté dans la pièce incommode de nombreux critiques tout autant que le caractère mélodramatique de l’œuvre et le mauvais jeu des acteurs.

La diffusion et la postérité de Richard Savage

34Richard Savage a-t-il été joué en province ? L’état actuel de nos recherches ne permet ni de le confirmer, ni d’infirmer la possibilité de représentations en dehors de Paris. Il est, par contre, certain que la publication de la pièce dans la collection La France dramatique au XIXe siècle lui a assuré des lecteurs. On trouve des exemplaires de Richard Savage dans les bibliothèques municipales de Montpellier et de Valenciennes ainsi que dans la bibliothèque universitaire à Rennes. Ce ne sont sans doute pas les seules institutions françaises à posséder l’œuvre69. Plusieurs bibliothèques américaines détiennent des exemplaires de ce texte aussi, tout comme le British Museum à Londres. En mars 1839, le texte français est annoncé dans la Literarische Zeitung publié à Berlin, ce qui suggère l’existence d’un public allemand capable de lire le drame dans sa version originale70. Puis, le 15 juillet 1839, au Théâtre national de Francfort am Main se joue une pièce allemande, Richard Savage, oder der Sohn einer Mutter (Richard Savage, ou le Fils d’une mère), la première œuvre dramatique de Karl Gutzkow71. Le 13 juillet 1839 avait paru dans un journal de Leipzig, le Zeitung für die elegante Welt, un article comparant la pièce de Gutzkow au drame de Desnoyer et Labat72. Richard Steele joue un rôle dans la pièce allemande, tout comme chez Desnoyer et Labat, mais Gutzkow, qui lisait le français, insiste, dans une lettre écrite le 21 juillet 1839, sur le fait qu’il n’a pas emprunté son sujet aux dramaturges français. « Je connais cette pièce de nom et d’après des feuilletons, mais je n’avaispas besoin de recourir à des sources françaises pour créer un épisode aussi bien connu de l’histoire littéraire anglaise », écrivit-il à un correspondant73. Certes, la pièce de Gutzkow comporte des différences importantes par rapport à celle de Desnoyer et Labat74, mais l’auteur allemand aurait-il pensé à exploiter ce sujet « bien connu » et à attribuer un rôle central à Richard Steele s’il n’avait pas eu connaissance de la pièce française ? Il est permis d’en douter. Ceci dit, la pièce de Gutzkow connaîtra un grand succès alors que la pièce française tombera dans l’oubli75. Mais avant de disparaître complètement, le drame de Desnoyer et Labat traversera les Alpes où il fera l’objet de deux traductions-adaptations en italien. Domenico Bolognese écrit Riccardo Savage, dramma in quatro atti (Napoli, Stabilimento tipografico Seguin, 1844, coll. Teatro drammatico napoletano). La pièce est jouée à Naples, au Teatro San Ferdinando, en 1845 par la Compagnia Accademica Cafaro76. Richard Steele ne figure pas parmi les personnages de la pièce. Puis, en 1857, Girolamo Giacinto Beccari, auteur, traducteur et directeur de l’académie Euganeo-Filodrammatica, publie Poeta e giornalista : dramma storico in quattro atti, prologo ed epilogo (1698-1717), à Milan, chez F. Sanvito, dans la septième série de la collection « Florilegio drammatico ». La page-titre indique que la pièce est « librement traduite du français » de l’œuvre de MM. Desnoyer et Labat77, mais en fait le texte suit de très près l’œuvre originale. Certes, quelques scènes changent de place dans la traduction et les actes sont découpés autrement et renumérotés. Dans la pièce française, il y a quatre actes ; la pièce italienne compte un prologue, les actes I à IV et un épilogue. Aussi, le monologue où Savage envisage l’avenir que Steele lui promet – monologue qui se trouve à la scène six de l’acte II dans le drame français –, passe-t-il à l’acte suivant dans la pièce italienne. Ce nouvel acte correspond à la deuxième partie du deuxième acte du drame français où Savage apprend qu’il n’est pas le fils de Nancy Gore et où Digg lui refuse la main de sa fille. Il comporte, d’ailleurs, une scène qui ne se trouve pas chez Desnoyer et Labat (scène iv). Dans cette scène, Steele revient à la boutique du cordonnier pour dire à Richard Savage que sa pièce a été reçue à l’unanimité au théâtre de Drury-Lane. Autre différence entre cette version italienne et l’œuvre originale, chaque acte est affublé d’un titre, à l’instar des pièces de Victor Hugo. Ainsi, l’acte I s’intitule « I due amici » (les deux amis) ; l’acte IV, qui se passe chez Nancy Gore, s’appelle « Il marito della madre » (le mari de la mère) et l’épilogue a pour titre « La prigione del poeta » (la prison du poète)78.

35Il est évident que si l’on aborde Richard Savage du point de vue de son personnage éponyme, poète et bâtard en quête d’amour et de reconnaissance, l’œuvre peut paraître peu originale et mériter l’oubli dans lequel elle est tombée. Mais si l’on cherche plutôt à mettre en évidence le portrait du journaliste et du journalisme que l’on y trouve, et cela sans parti pris historiciste, cette pièce se révèle sous un autre jour et devient intéressante. En effet, par sa représentation de Richard Steele et par l’influence que Desnoyer et Labat lui attribuent, Richard Savage est en une pièce qui parle de l’époque de sa création tout autant que de la période et les personnalités historiques qu’elle prétend faire revivre sur scène. Comme de nombreux critiques l’ont remarqué, faire figurer un vrai journaliste dans le drame et faire de lui celui par qui l’action arrive est assez novateur. En tant que journaliste, Steele a accès à tous les milieux, fait et défait les réputations et dicte l’opinion publique. Il est aussi celui qui assure le lien entre la double intrigue – familiale et nationale (politique) – que l’on découvre dans la pièce. En cela, voudrait-on nous faire comprendre, Steele ressemble aux journalistes de la monarchie de Juillet dont les feuilles se multiplient et dont l’influence est à craindre ou à cultiver. Brasseur d’idées, d’opinions culturelles, sociales et politiques, le journaliste est devenu une force dans la vie, un pouvoir dans l’état avec qui il faudrait désormais compter. Lire Richard Savage du point de vue de sa représentation du journalisme, c’est montrer à quel point les pièces de théâtre, même les plus « mauvaises » ou les plus oubliées, reflètent les préoccupations de leur temps. La simplicité linguistique et esthétique de ces œuvres mineures rend les préoccupations et les transformations d’une époque peut-être plus visibles encore que dans les chefs-d’œuvre consacrés par les institutions culturelles officielles et nous invite à relire des pièces comme Chatterton d’un point de vue nouveau. Si le génie de Vigny ressort plus encore d’une comparaison avec Richard Savage, il est tout aussi vrai que Richard Savage prouve que les grands créateurs romantiques ne sont pas les seuls à demander que l’on fasse un meilleur sort aux poètes pauvres et malheureux, ni les seuls à observer le rôle que la presse joue dans le destin des écrivains comme des hommes politiques.

Principes d’édition

36Le texte donné ici a été établi à partir de l’édition de Richard Savage publiée en 1838 dans la collection de la France dramatique au dix-neuvième siècle (Paris, Barba ; Delloye ; Bezou). C’est la seule édition française de ce drame. Nous avons également consulté les manuscrits de la pièce conservés dans les archives de la Bibliothèque-musée de la Comédie-Française. Nous remercions Mme Bénédicte Rouvière, attachée de conservation dans cette bibliothèque, d’avoir fait numériser ce manuscrit pour faciliter nos recherches et l’ANR Medias 19 qui a financé son acquisition. Olivier Bara a été à tout instant d’un soutien infatigable et généreux et nous lui sommes redevable de ses conseils et de son amitié.

37Dans l’annotation des variantes qui existent entre le texte imprimé et les deux manuscrits (Ms 728 et Ms 729) de la Comédie-Française, nous avons choisi de ne relever que des éléments significatifs se rapportant soit à la mise en scène et les personnages, soit à la représentation du journalisme et des journalistes. Nous signalons en note, aussi, des changements d’écriture dans la mesure où nous avons pu les repérer. Pour la numérotation des feuillets, nous nous sommes servis des chiffres écrits au crayon en haut des pages recto et avons attribué aux pages verso non numérotées sur les manuscrits le numéro qui suit (exemple : 39 [page recto], 40 [page verso], 41 [page recto]).

38Les notes en bas de page sont de notre fait. Nous avons modernisé sans commentaire l’orthographe des mots pour faciliter la lecture du texte. Ainsi, par exemple, tout-à-fait est devenu tout à fait, long-temps s’écrit longtemps, le tiret qui suit l’adverbe « très » devant un adjectif ou un adverbe est supprimé et le « t » qui manque à certains substantifs et adjectifs se terminant en –ens ou –ans au pluriel dans l’original (parens >parents) est inséré dans notre texte. Dans le texte original on lit Hyde-Parck, que nous écrivons Hyde Park, et St que nous remplaçons par Saint. La ponctuation, sauf les points de suspension que nous avons ramenés à trois, a été laissée telle quelle.

Image2

Image3

Décor de Cicéri pour les Enfants d’Édouard, de Delavigne (1833), réemployé à l’acte V de Richard Savage. Source : Bibliothèque de la Comédie-Française. Rés.MAQ.0033 - ©P. Lorette, coll. Comédie-Française.

39Barbara T. Cooper (University of New Hampshire)

Notes

1 Jules Janin, « Le Journaliste », dans Les Français peints par eux-mêmes, t. 3, Paris, Curmer, 1841, p. vi (nous soulignons).

2  Olivier Bara et Jean-Claude Yon, « Le théâtre et la scène » dans Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle (1800-1914), Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, p. 19.

3 On trouvera un autre exemple de ce phénomène dans Charles Desnoyer et Charles Labie, L’Ombre de Nicolet, ou De plus en plus fort !, Paris, E. Michaud, « Musée dramatique », 1837, p. 1. « La scène se passe dans le cabinet du nouveau directeur [du théâtre de la Gaîté]. Au fond, une grande porte au milieu, et deux latérales. Au-dessus de celle du milieu, on lit ces mots : Archives du Théâtre de la Gaîté. Sur le premier plan, à la gauche du public, une autre porte. / SCÈNE PREMIÈRE. / LE DIRECTEUR, seul. Il lit un journal : “On parle toujours de la réouverture prochaine du Théâtre de la Gaîté. C’est le sujet de toutes les conversations sur la ligne du boulevard Saint-Martin et celle du boulevard du Temple. On ne s’accoste que pour dire : Quand ouvrent-ils ? ou bien : Ils n’ouvriront pas, c’est impossible !... Non, ils n’ouvriront pas. Un habitué du café Vincent a gagé hier 25 louis que le nouveau directeur serait forcé de rendre son privilège...”  (S’interrompant.) Oh ! pardieu, je lui ferai perdre la gageure, à monsieur l’habitué du café Vincent ».

4 Op. cit.

5  La pièce fut tout de même publiée dans la collection La France dramatique au dix-neuvième siècle (Paris, Barba ; Delloye ; Bezou, 1838), ce qui assurait sa diffusion sous forme de texte. Voir l’annonce dans La Bibliographie de la France, t. 28, no 7 (16 fév. 1839), p. 76 sous le titre La France dramatique du 19e siècle. Voir plus loin la discussion sur la diffusion et la postérité de la pièce.

6 Théodore Villeneuve, Escousse et Lebras, ou Le Double Suicide, Paris, Moutardier, 1832. Voici comment Charles Louandre et Félix Bourquelot racontent l’histoire de ces deux jeunes auteurs : « Victor Escousse, poète dramatique, né en 1813, s’asphyxia avec son collaborateur et ami [Auguste] Lebras, le 16 février 1832. On trouva près de lui, sur une table, une note ainsi conçue : « Je désire que les journaux qui annonceront ma mort ajoutent cette déclaration à leur article : Escousse s’est tué parce qu’il ne se sentait pas à sa place ici, parce que la force lui manquait à chaque pas qu’il faisait en avant ou en arrière, parce que l’amour de la gloire ne dominait pas assez son âme, si âme il y a. Je désire que l’épigraphe de mon livre soit : ‘Adieu, trop inféconde terre, / Fléaux humains, soleil glacé ; / Comme un fantôme solitaire, / Inaperçu, j’aurai passé. // Adieu, palmes immortelles, / Vrai songe d’une âme en feu ; / L’air manquait, j’ai fermé mes ailes, / Adieu !’ » (La Littérature française contemporaine. 1827-1844. Continuation de la France littéraire [de Joseph-Marie Quérard], Paris, Félix Daguin, 1848, t. 3 p. 439). Voir aussi Claude Schopp, « Victor Escousse. Naissance d’une légende », L’ULL Crític, no 8 (« Douleurs, souffrances et peines : figures du héros populaires et médiatiques »), Lleida, Univ. de Lleida, 2003, p. 81-117.

7  Alfred de Vigny, Stello, ou Les Diables bleus, Paris, Charles Gosselin ; Eugène Renduel, 1832.

8  Alfred de Vigny, Chatterton, Paris, H. Souverain, 1835.

9  Par exemple, pour le critique du Journal de la littérature et des beaux-arts, « [...] Richard Savage [...] n’est qu’une pâle imitation du Chatterton de M. de Vigny ». « Théâtres. – Revue », Journal de la litté-rature et des beaux-arts, 5e année, t. 2, no 11 (10 oct. 1838), p. 173.

10 L’acceptation de la pièce Richard Savage par le comité de lecture est inscrite dans le registre des procès- verbaux de lecture de 1837 à 1848 : « Le 1er août 1838, à 11 heures, le Comité de lecture, présidé par M. Vedel, Directeur de la Comédie, et composé de [....], a entendu la lecture d’un drame en 5 actes, en prose,  ayant pour titre : Richard Savage, par MM. Charles Desnoyers [sic] et Labat. Le Comité a voté au scrutin secret, l’ouvrage a été reçu à l’unanimité ». Je tiens à remercier Mme Bénédicte Rouvière, attachée de conservation à la bibliothèque-musée de la Comédie-Française, qui m’a très aimablement communiqué cette information.

11  Michel Masson, Une couronne d’épines, Paris, Ambroise Dupont, 1836.

12  Voir, par exemple, ce qu’en dit le critique du Journal des dames et des modes : « Moralité à part, Richard Savage est de la grande famille des Chatterton, des Malfilâtre, des Gilbert, des Escousses, des Lebas, de tous ces incompris dont le génie se prétend méconnu parce qu’il est impuissant, et qui s’asphyxient en maudissant la société, parce que la société n’a pas voulu les croire poètes ou artistes sur parole ». « Revue des théâtres. Théâtre Français. – Richard Savage, drame en 5 actes de MM. Charles Denoyers [sic] et Labat », Journal des dames et des modes, 42e année, no 58 (20 octobre 1838), p. 920 (l’auteur souligne).

13 « Loi du 9 septembre 1835 », Moniteur Universel, n° 253 (le 10 septembre 1835), p. 2075.Consulter l’annexe 2, qui reproduit cette loi. Ces lois ont été formulées à la suite de l’attentat de Fieschi en juillet 1835. Voir Attentat du 28 juillet 1835 : Procès de Fieschi, Morey, Pépin, Boireau et Bescher : orné de lithographies, Verdun, Impr. de Lippmann, 1835 (volume disponible sur Gallica) et Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1861, t. 8, p. 547-568. Voir aussi Procès de [sic] Armand Laity... devant la Cour des pairs ..., recueilli par B. Saint-Edme [i.e., Edme-Théodore Bourg], Paris, Pagnerre, 1838 disponible sur Gallica. Ce livre se rapporte à l’affaire de Strasbourg (1836) qu’une brochure de Laity remet à l’ordre du jour en juillet 1838. Cette affaire fut jugée par la Haute Cour en vertu de la loi du 9 septembre 1835. Sur l’affaire de Strasbourg, voir « Le Prince Louis devant la monarchie de Juillet », Revue des Deux Mondes, t. 15 (juillet 1838), p. 255-266.

14 « Le Cautionnement de [sic] Figaro », Le Figaro, 15 février 1835, p. 1-2.

15 Ce sujet a déjà été examiné dans la présentation de Jeannic le Breton, ou Le Gérant responsable sur ce site et nous y renvoyons le lecteur. Cependant, voir en annexe ici un article d’Eugène Lerminier, daté du 12 octobre 1838, sur la presse politique publié dans la Revue des Deux Mondes.

16  La maquette de certains costumes se trouve sur le site de la base La Grange de la Comédie-Française (http://www.comedie-francaise.fr/la-grange-recherche-simple-resultats.php).

17  Voir, par exemple, Marie-Ève Thérenty (dir.), Poétiques journalistiques (1760-1830), numéro spécial d’Orages. Littérature et culture 1760-1830, no 7 (2008) (http://orages.eu/) et Jean Sgard, « La Multiplication des périodiques », dans Histoire de l’édition française, t. II, Le Livre triomphant : 1660-1830, Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dirs.), Paris, Promodis, 1984, t. II, p. 198-205.

18 Dans une étude récente, Claire Boulard-Jouslin (« The Making of Public Opinion in The Free-Thinker (1718-1721) : From Theory to Practice », Études anglaises, t. 67, no 2 (2014), p. 132-147) offre l’exemple d’un autre journal de cette époque qui cherche à former l’opinion politique et culturelle en Angleterre. On pourra consulter aussi Alain Bony, Joseph Addison et Richard Steele. The Spectator et l’essai périodique. Paris, Didier Érudition-CNED, 1999, entre autres.

19  Voir cette observation du critique de la Gazette de France : « Richard Steel [sic], dont les auteurs ont fait un camarade de collège de Richard Savage, est devenu un journaliste de notre époque, un écrivain qui, du bout de sa plume, fait et défait les ministères. Mais, en exagérant sa puissance et en manquant le portrait du journaliste, qui reste à faire, les auteurs ont ôté au Richard Steel de l’histoire quelque chose de sa piquante originalité ». N., « Feuilleton dramatique. Théâtre-Français. Richard Savage, drame en quatre actes et en prose avec un prologue, par MM. Desnoyers et Labat », Gazette de France, 17 octobre 1838, p. 1.

20  C’est lui, laisse-t-on entendre, qui est responsable de la représentation de la pièce de Savage, Lord Overbury,au Théâtre-Royal de Drury-Lane et c’est encore lui qui ameute le peuple et fait tomber le gouverneur de la Tour de Londres, Lord Lushington, qui cherche à mettre Savage à Bedlam pour avoir suggéré qu’il est le fils adultérin de Lady Lushington.

21  Jean-François-Eugène Robinet, Le Procès des Dantonistes, Paris, Ernest Leroux, 1879, p. 14.

22 « France. Lafayette aux États-Unis, par M. Eugène Labat », Le Globe, t. 3, n° 11 (17 janvier 1826), p. 58-59. Le poème, déclaré « extrêmement remarquable », est aussi mentionné dans le Voyage du général Lafayette aux États-Unis d’Amérique en 1824 et 1825, Paris, chez L’Huillier, 1826, p. 556.

23 A. Lireux, « Premières Représentations. Théâtre-Français. Richard Savage, drame en quatre actes, précédés d’un prologue, par MM. Desnoyers [sic] et Labatte [sic] », Revue et Gazette des théâtres, 9e année, no 1041, (14 octobre 1838), p. 1-2. D’autres renseignements biographiques et une liste des œuvres de Desnoyer peuvent se trouver dans l’Annuaire dramatique pour 1847, 9e année, Bruxelles, Tarride ; J.-A. Lelong, 1847, p. 124-129.

24 Et cela d’autant plus que Desnoyer avait déjà écrit une pièce sur un enfant bâtard avec Adolphe Dennery. Voir « Théâtre des Nouveautés. Première représentation d’Émile, drame en 4 actes, de MM. Charles Desnoyers [sic] et [Adolphe] Philippe [plus tard Dennery] », Le Figaro, 6e année, no 250 (7 septembre 1831), p. 3-4. Cette pièce, jamais imprimée, est censée raconter une version de la vie d’Émile Girardin qui deviendra en 1836 le directeur du journal La Presse. Nous reviendrons sur le partage du travail des deux auteurs de Richard Savage dans notre annexe « Leçons des manuscrits Ms 728 et Ms 729 de la Comédie-Française ». (lien annexe 1).

25 « Petite Chronique des théâtres », La Mode, 2e livr. (13 oct. 1838), p. 43-44. On trouvera le texte complet de cet article dans l’annexe des comptes rendus.

26  Il s’agit dans la pièce de bâtardise, d’une mère infâme, d’emprisonnement, d’une scène de reconnaissance et d’un dénouement providentiel. Les auteurs auraient pu imaginer suivre le sillon tracé par La Tour de Nesle, de Dumas, ou Lucrèce Borgia, de Hugo, entre autres, mais les critiques ont plutôt jugé la pièce selon le modèle moins valorisant des mélodrames. Pour juger de la réputation de ce dernier genre, voir la n. 27 ci-après et l’article « Mélodrame » dans l’Encyclopédie moderne où on lit : « L’innocence, longtemps et cruellement opprimée, le vice armé du pouvoir et foulant aux pieds la justice, tel est le sujet invariable, le thème constant du mélodrame, tel qu’on l’a fait de 1790 à 1820 : au dénouement, la Providence, longtemps endormie, s’éveille, et l’innocence a gain de cause ». Le mélodrame est ensuite qualifié de « genre bâtard et faux ». Christian, « Mélodrame (art dramatique) », dans l’Encyclopédie moderne ou Dictionnaire abrégé des hommes et des choses, par Eustache Marie Pierre Marc Antoine Courtin et une société de gens de lettres, 2e éd., Bruxelles, Th. Lejeune, 1830, t. 15, p. 425-426. Voir aussi Olivier Bara, « Le ‘Corneille du Boulevard’ : des mélodrames cornéliens de Pixerécourt » dans Corneille des romantiques, Myriam Dufour-Maître et Florence Naugrette (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2006, p. 77-91.

27 « C’est uniquement par respect pour le Théâtre-Français que nous conservons à cette pièce le nom de drame qu’elle porte sur l’affiche, quand il est vrai que par l’invention et par les moyens, par le fond et par la forme, elle appartient à cette classe d’ouvrages qui n’ont pu encore obtenir rang dans la littérature théâtrale, et que l’on appelle mélodrames, simplement pour dire qu’on les appelle d’une manière quelconque ». E. F., « Théâtre-Français. Richard Savage, drame en quatre actes, en prose, avec un prologue, par MM. Charles Desnoyers et Labat », La France (17 octobre 1838), p. 1, feuilleton. On se rappellera que jouer le mélodrame ne rentrait pas dans les attributions du Théâtre-Français.

28  Cette incapacité à gagner sa vie par des travaux « utiles » ou « pratiques » fait penser à Chatterton, chez Vigny.

29  C’est aussi ce que pense le critique dramatique du Courrier, qui écrit : « Richard Steele n’a pas plus tôt reconnu son ancien camarade qu’il lui offre son appui ; et quel appui que celui d’un journaliste pour un poète qui fait des souliers ! En un clin d’œil, Richard Savage va se trouver à la tête d’une réputation, d’une fortune ; sa tragédie à peine ébauchée, Sir Thomas Overbury, sera reçue de confiance, applaudie de confiance : le journaliste commande en maître absolu aux comédiens, au public. N’oubliez pas, s’il vous plaît, dans quel pays se passe l’action ! ». « Théâtre-Français. Première Représentation de Richard Savage, drame en cinq [sic] actes précédé d’un prologue, par MM. Charles Desnoyers et Labat », Le Courrier, no 288 (15 octobre 1838), p. 1, feuilleton.

30 Le Trésor de la langue française propose un exemple de l’emploi du mot « publiciste » dans son édition en ligne très proche de cette réplique : « Le plus exigeant était Max, ce jeune publiciste qui avait eu quatre articles tués sous lui. Il appartenait à la famille des prosateurs chevelus et intarissables. L’espace n’était rien pour sa plume ; le premier jour, il apporta de quoi remplir dix numéros(Louis REYBAUD,J. Paturot, 1842, p. 50) ». http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3492775290

31  On ne peut pas s’empêcher de penser ici à la tirade de Bazile sur la calomnie dans Le Barbier de Séville de Beaumarchais.

32 Voir cette réplique adressée à Savage à l’acte IV : « LA MARQUISE. Tout cela a été fait en votre nom ; cet article de journal jeté dans les mains de cette populace, et qui a excité sa colère contre le gouverneur de Londres, cet article, qu’il soit de vous ou de votre ami, n’en est pas moins la cause réelle de tout ce qui s’est passé ; voilà pourquoi maintenant la justice s’apprête à vous poursuivre ; voilà pourquoi votre sort me touche, et pourquoi je suis venue » (IV.v).

33 « Je veux dire, milord... que si, dans ce moment, un ennemi de votre personne, un malveillant... un factieux... que sais-je !... un de ces écrivains politiques dont parlait tout à 1’heure sir Richard Steele, venait à traverser cette foule laissant tomber sur elle quelques paroles de colère ou de vengeance... vous verriez alors éclater un violent incendie... et Dieu sait comment on pourrait l’éteindre !... ». Richard Savage, III.iv.

34  Voir Le Courrier, art. cité, p. 2, feuilleton, où le critique dénonce comme invraisemblable l’idée du double article écrit à l’avance. « [...C]ela  n’est ni vrai, ni honnête, ni possible », dit-il.

35  S’agit-il dans ce second article de dire tout simplement le contraire du premier ou de révéler le « secret » de la naissance de Richard Savage et le refus de sa mère de le reconnaître – scandale aggravé par le fait que la marquise fait jeter Richard dehors par ses laquais ? Pour un cas analogue, mais sans intervention journalistique, voir Antony, d’Alexandre Dumas (Théâtre de la Porte-Saint-Martin, 3 mai 1831), où la réputation sociale et morale d’Adèle d’Hervey fait l’objet de cancans prononcés au bal de la vicomtesse de Lacy. C’est une autre forme de « publicité ».

36  Le texte de Johnson, publié sous le titre An Account of the Life of Mr Richard Savage à Londres en 1744, est ensuite incorporé dans son The Lives of Poets (Londres, 1779). Voir Samuel Johnson, Histoires de Richard Savage et de J. Thompson, trad. Le Tourneur, Paris, Fetil, 1771. Sur Johnson, voir Louis Mézières, Histoire critiquede la littérature anglaise, depuis Bacon jusqu’au commencement du dix-neuvième siècle, Paris, Baudry, 1834, t. 2, p. 28-131.

37  « Variétés. Richard Savage », La Presse, 3e année (12 oct. 1838), p. 3. Un entrefilet inséré plus haut sur la même page annonce que la pièce de Desnoyer et Labat « a réussi » lors de sa création. Une autre version de la vie de Savage est publiée dans le même numéro du Monde dramatique où l’on trouve le compte rendu de la pièce. Augustin Chevalier, « Richard Savage », Le Monde dramatique, t. 7 (1838), p. 226-231. Ce texte sera réimprimé dans Le Cabinet de lecture, 9e année, 2e sér., no 22 (20 octobre 1838), p. 346-347.

38 A[dolphe] Granier de Cassagnac, « Théâtre-Français. Richard Savage, par MM. Labat et Desnoyers [sic] », La Presse, 3e année (14 octobre 1838), p. 1, feuilleton.

39 Dans le passage le plus pertinent qui s’y trouve Johnson affirme, « Richard Steele épousa ses [=Savage] intérêts avec toute la chaleur de la bienveillance qui faisait le fond de son caractère. Il ne négligea rien pour le produire avantageusement, racontant ses malheurs, vantant son mérite, saisissant en un mot toutes les occasions de le recommander, & [sic] disant à tous que l’inhumanité de sa mère lui donnait le droit de retrouver un père dans tout honnête homme ». Histoires, op. cit., p. 19.

40  Dans la pièce de Vigny, d’anciens amis d’université retrouvent Chatterton chez John Bell tout comme, dans Richard Savage, Steele et Daniel Page, présentés comme anciens amis d’école du poète, retrouvent Savage dans la boutique du cordonnier Jonathan Digg.

41  On trouvera en annexe le texte de l’article sur Steele. Sur Steele, on peut aussi consulter Louis Mézières, Histoire critiquede la littérature anglaise, depuis Bacon jusqu’au commencement du dix-neuvième siècle, Paris, Baudry, 1834, t. 1, p. 110-147.

42 Voir le compte rendu signé G. P., « Une Couronne d’épines », Revue de Paris, t. 34 (octobre 1836), p. 129-138 et celui signé Y... dans la Revue des Deux Mondes, t. 8 (1836), sous le titre « Revue littéraire. Les Romans nouveaux ». Les p. 224-228 sont consacrées à l’analyse du roman de Masson. Ce qui est peut-être plus intéressant pour nos propos sont les remarques d’Y... sur un vaste projet de Léon Gozlan. Gozlan proposait d’écrire une série de romans consacrés à ceux qui, à son avis, ont hérité de l’influence du prêtre dans le monde postrévolutionnaire. Sous le titre collectif Les Influences, il comptait montrer l’importance du notaire, du médecin, de l’avocat et du journaliste. Il n’a écrit que les deux premiers livres. Or, voici ce qu’écrit Y... au sujet de ce projet dans l’article où se trouve aussi ses remarques sur Une couronne d’épines : « Les nouveaux dominateurs [...] sont bien l’avocat et le journaliste. La révolution a immensément agrandi le cercle où ils se meuvent. En élevant sur les ruines de la chaire la tribune d’où ils moralisent les rois et les peuples, ils ont pris au prêtre toutes les chances temporelles qu’il avait de conquérir la souveraine autorité, de devenir, par exemple, un Richelieu ou un Mazarin. Nous souhaitons de voir M. Léon Gozlan aborder vite ces influences vraiment neuves et grandes de la plume et de la parole ; ce seront elles qui lui ouvriront un domaine vaste et inexploré » (p. 229).

43 Voir, par exemple, cette observation du critique du Temps : « M. Michel Masson, qui peut devenir pour les mœurs du peuple ce que [Walter] Scott fut pour celles de l’Écosse, a fait de Richard Savage le héros d’un roman, la Couronne d’épines ; le mélodrame guette les livres comme le corbeau guette sa proie ; le livre a donc été accommodé en mélodrame ». « Revue dramatique. Chronique des théâtres. Théâtre-Français : Richard Savage, mélodrame, de MM. Charles Desnoyers et Labat », Le Temps, no 3283 (15 octobre 1838), col. 53307, supplément/feuilleton.

44  « Théâtre-Français. Richard Savage, drame en 4 actes, par MM. Charles Desnoyers et E. Labat », Le Corsaire, 8e année, no 6183 (13 octobre 1838), p. 2.

45  Voir Barry Daniels, Le Décor de théâtre à l’époque romantique. Catalogue raisonné de la Comédie-Française 1799-1848, suivi d’une Édition du Registre des machinistes par Jacqueline Razgonnikoff, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003, passim.

46  Nous reviendrons sur la question de la mise en scène dans l’annexe « Leçons des Ms 728 et Ms 729 de la Comédie-Française ».

47 Pour un avis charitable, voir A. F., « Théâtre-Français. Richard Savage, drame en cinq actes, par MM. Ch. Desnoyers [sic] et Labat. (Première représentation.) », Le Constitutionnel, no 286 (13 octobre 1838), p. 2, feuilleton.

48 J. J. [Jules Janin], « Théâtre-Français. Richard Savage, drame en cinq actes, par MM. Eugène Labat et Desnoyers [...] », Le Journal des débats (15 octobre 1838), p. 2, feuilleton.

49 Journal de la littérature et des beaux-arts, art. cité, p. 174.

50 [Ch. Maurice,] « Nouvelles de Paris », Courrier des theatres, 21e année, no 7234 (12 octobre 1838), p. 4. Notons que Beauvallet jouera également dans La Popularité de Delavigne, pièce créée le 1er décembre 1838, qui connaîtra un beau succès. Voir cette pièce présentée dans la présente anthologie par Maurizio Melai et l’étude d’Eugène Mirecourt, Beauvallet, Paris, Gustave Havard, 1857.

51 J. T. [Jean-Toussaint Merle], « Comédie-Française. Première Représentation de Richard Savage, drame en quatre actes et en prose, précédé d’un prologue, par MM. Charles Desnoyers et Labat », La Quotidienne, no 287 (15 octobre 1838), p. 2, feuilleton.

52  E. F., La France, art. cité, p. 2. Voir, aussi, sur Menjaud, les remarques du critique qui signe de l’initiale N. le feuilleton de la Gazette de France (n. 62 infra.).

53  Th[éodore] V[auclare], « Théâtres de Paris. Premières Représentations. Revue Dramatique », Le Monde dramatique, t. 7 (1838), p. 236.

54  Elle avait créé le rôle de Messaline dans Caligula, de Dumas, le 26 décembre 1837. Une lithographie sur Gallica (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84054623/f2.zoom) la montre dans ce rôle.

55 « Mlle Noblet s’est dévouée avec une générosité rare à jouer, jeune et charmante, un rôle de vieille mère [...]. Mlle Mante a traduit avec dignité et avec noblesse le rôle ingrat de lady Lushington ». Le Corsaire, art. cité, p. 3. « Mlle Mante sauve avec beaucoup d’art et de grâce la rudesse du rôle de la marquise. [...] Mlle Noblet ne convient pas au rôle de Nancy : les rides affligent sa jolie figure (dans les quatre derniers actes) ». P., « Spectacles. Théâtre Français. – Richard Savage, drame en cinq actes et en prose, de MM. Charles Desnoyers [sic] et Labie [sic] », Moniteur universel, no 287 (le 14 octobre 1838), p. 2520. Pour un commentaire un peu plus développé sur Mlle Noblet, voir A[dolphe] Granier de Cassagnac, La Presse, art. cité, p. 1, feuilleton. Sur Mlle Mante, voir l’éloge de Dumas fait d’elle à la fin de l’édition de Mademoiselle de Belle-Isle, Bruxelles, Méline, Cans et Cie 1839, p. 170.

56  On pourra lire les comptes rendus en annexe. Dans certains cas nous avons pratiqué des coupures dans les comptes rendus pour éviterla répétition des mêmes choses et pour alléger le texte. Dans la section qui suit, nous avons également coupé de nombreuses phrases sachant qu’on pourra les retrouver dans le texte en annexe.

57 « Cette pièce est tirée d’un roman récemment publié, et se sent trop de son origine », déclare A. F., Le Constitutionnel, art. cité, p. 2, feuilleton.

58 Voir, par exemple, Charles-Louis Lesur, Annuaire historique universel pour 1838 (Paris, Thoisnier-Desplaces, juin 1840), p. 243, appendice : « Cette pièce a été jouée d’une façon déplorable ; ce pauvre drame, abandonné dès les premières scènes par les acteurs, a été obligé de se soutenir tout seul. [...] seul, Menjaud [dans le rôle de Steele] a été vif et léger ; seule, Mlle Noblet [Nancy Gore] a défendu le terrain glissant qu’on lui avait confié. [...] ». Ce texte semble emprunté au compte rendu de Jules Janin, dans les Débats.

59 C’est ce que rappelle, comme d’autres de ses confrères, Jean-Toussaint Merle, art. cité, p. 1, feuilleton.  « On a besoin, pour comprendre le froid accueil que le public a fait à cet ouvrage, de bien s’entendre sur le genre auquel il appartient. Le drame est avec la tragédie et la comédie ce qui compose le répertoire de la Comédie-Française, mais le mélodrame n’a pas encore été admis à l’honneur d’y être naturalisé ; son domicile littéraire est resté au boulevard [...] ».

60  Jules Barbey d’Aurevilly, Premiers Articles 1834-1852, éd. Andrée Hirschi, Jacques Petit,  Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 1973, p. 55-57, pour les deux citations. L’article suivant de Barbey porte sur Rachel et le retour de la tragédie.

61 N., Gazette de France, art. cité, p. 1, feuilleton.

62 Ibid., p. 2, feuilleton. On lira, aussi, sur la même page, la conclusion de son analyse : « Mieux partagé que ses camarades, Menjaud [l’acteur] s’est prévalu avec esprit [...] de son rôle : grâce aux auteurs et à lui, le journaliste Richard Steele a mérité les honneurs d’une soirée orageuse, mêlée de bravos et de sifflets. Richard Savage n’est pas un ouvrage digne de la scène française : nous doutons même qu’il eût plu au boulevard, où l’un de ses auteurs a souvent fait beaucoup mieux. Le plan n’est pas bon, le style est mauvais ; pour donner un pendant au Chatterton de M. de Vigny, du moins fallait-il un ouvrage littéraire ».

63 Le Temps, art. cité, col. 53307.

64 « Théâtre-Français. Richard Savage, drame en quatre actes et en prose avec prologue, par MM. Charles Desnoyers et Eugène Labat. – 1er représentation », Le Commerce, feuille politique et littéraire, no 286 (13 octobre 1838), p. 1, feuilleton.

65  J. T. Merle, art. cité, p. 2.

66 J. J. [Jules Janin], art. cité, p. 2, feuilleton. Toute la fin de ce compte rendu est vouée à l’éloge de Rachel.

67 F[élix] Bonnaire, « Bulletin », Revue de Paris, t. 58 (octobre 1838), p. 151-152.

68  Comme indiqué ci-dessus, cette pièce sera intégrée à la présente anthologie.

69  Voir sur cette collection, Odile Krakovitch, « Le Théâtre sous la Restauration et la monarchie de Juillet : lecture et spectacle » dans Mesure(s) du livre, sous la dir. d’Alain Vaillant, Paris, BNF, 1999, p. 147-164.

70 Voir la rubrique « Schöne Literatur », Literarische Zeitung, t. 6, no 11 (13 mars 1839), col. 216, no 507.

71 Karl Gutzkow, Richard Savage, oder : der Sohn einer Mutter, Trauerspiel in fünf Aufzügen, dans Gustav von Frank, Taschenbuch dramatischer Originalien, Leipzig, Brodhaus, 1841, t. 5, p. 279-374. Ce volume est disponible sur Google Books (http://bit.ly/1QfLzV3). Il existe une édition de la pièce datant de 1839, mais elle est moins facile à consulter.

72  « Richard Savage, oder : grosse Geister begegnen sich »,Zeitung für die elegante Welt, no 135 (13 juillet 1839), p. 540. Nous remercions Edward Larkin d’avoir traduit cet article pour nous.

73 Alexander Weill, Briefe hervorragender verstorbener Männer Deutschlands an Alexander Weill,  Zürich, Verlags-Magazin, 1889, p. 20 : « Ich kenne das französische Stück dem Namen und den Feuilletons nach, habe aber nicht nöthig, eine bekannte Episode der englischen Literaturgeschichte erst aus französischen Quellen zu schöpfen ! » Nous traduisons, en remerciant Edward Larkin pour sa traduction anglaise du texte allemand.

74 On trouve un résumé de la pièce dans Joseph Émile Dresch, Gutzkow et la jeune Allemagne, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1904, p. 336-337. « [...] Le premier acte s’ouvre sur une scène où Savage, en présence d’une actrice, Miss Ellen, et de Steele, le journaliste, annonce qu’il vient d’apprendre le secret de sa naissance. Il se rend chez Lady Macclesfield, et lui rappelle qu’il est son fils, mais n’arrive pas à l’émouvoir. – Au deuxième acte, Savage assiège la porte de sa mère ; il l’aime avec passion, soudoie ses laquais, jette à pleines mains l’argent pour paraître riche et digne d’elle. On joue une de ses pièces, et Lady Macclesfield se trouve au théâtre ; Savage entre dans sa loge ; insulté par Viscount, beau-frère de Lady Macclesfield, Savage tire son épée et le blesse à mort. – L’actrice Miss Ellen vient, au troisième acte, prier Lady Macclesfield d’intercéder pour Savage qui va être condamné à la déportation ; Lady Macclesfield refuse. Savage, dans sa prison, aime sa mère avec la même ardeur, excuse toutes ses duretés, déchire un article que Steele a écrit contre elle et lui apporte. L’intervention de Miss Ellen obtient de la reine sa grâce. – Le quatrième acte est une fête chez Lord Tyrconnel : celui-ci veut attirer Lady Macclesfield dans un bal masqué et la mettre en présence de son fils ; il réussit dans son projet ; mais Savage, découvrant et blâmant le piège tendu à sa mère, rompt avec Lord Tyrconnel et le quitte. – Au cinquième acte, Savage s’est réfugié chez les cordonniers qui l’ont élevé. Lady Macclesfield vient l’y rejoindre, reconnaît son fils, et tous deux meurent dans une scène pathétique. « Temps et mœurs, voyez vos victimes ! » s’écrie Steele, qui résume par ces mots l’idée de la pièce. « Oh ! si les chaînes de tous les préjugés pouvaient tomber ! ».

75  Nous avons découvert une autre pièce française où figure Richard Savage. Il s’agit d’une comédie en un acte intitulée Deux Couronnes, d’Eugène Moreau (Théâtre de la Renaissance, 4 janvier 1840), Paris, Marchant, « Magasin théâtral », 1840. Steele n’y figure pas et la pièce ne ressemble en rien au drame de Desnoyer et Labat, ni aux autres textes déjà mentionnés ci-dessus.

76 Sur Bolognese, voir Francesco Regli, Dizionario biografico: dei più celebri poèti ed artisti melodrammatici, tragici e comici [...] che fiorirono in Italia dal 1800 al 1860, Torino, coi tipi di Enrico Dalmazzo, 1860, p. 81-82. Des exemplaires de cette pièce se trouvent à Catane (Sicile) et à Naples. Le texte comporte la déclaration : « écrit pour la scène italienne en 1841 ».

77  Des exemplaires de l’œuvre imprimée se trouvent dans des bibliothèques à Milan, Rome, Naples et Livourne. Une nouvelle édition est publiée à Milan, Librairia Editrice, 1876. Un exemplaire de cette  édition du texte se trouve aujourd’hui à la bibliothèque du Centro studi del Teatro Stabile di Torino (Turin).

78  Il est intéressant de noter que de tels titres sont présents sur les manuscrits de la pièce de Desnoyer et Labat qui se trouvent à la bibliothèque de la Comédie-Française, mais ne figurent pas sur la brochure imprimée.

Pour citer ce document

Barbara T. Cooper, «Introduction et accès au texte», Médias 19 [En ligne], Anthologies, La presse en scène, Desnoyer et Labat, Richard Savage (1838), mis à jour le : 07/06/2015, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=22070.

Pour en savoir plus sur l'auteur

Voir tous les textes de Barbara T. Cooper sur Médias 19